L’erreur, tout le monde la commet et la commettra. Dans l’instruction, dans des exercices, dans la vie de tous les jours. Enfant ou adulte, nous connaissons l’erreur. Et celle-ci est d’un grand bénéfice. Repérer ses erreurs, et même les reconnaître est positif pour avancer dans la vie et arriver à la réussite. Nos enfants, lors d’instruction plutôt formelle, seront confrontés à l’erreur. Généralement nous voyons cela d’un mauvais oeil : le résultat doit être juste. Or, l’essentiel n’est pas là ! Il faut accepter ses erreurs !

Comment faire accepter l’erreur à mon enfant ?

L’erreur fait grandir

Se tromper, c’est progresser, évoluer, mais surtout apprendre. Une fois l’erreur effectuée, repérée et corrigée, l’enfant ne refera pas les mêmes erreurs et ainsi aura acquis l’apprentissage. Il est important de le rassurer en lui disant qu’on ne réussit pas tout du premier coup, que ce soit dans les exercices et même dans la vie quotidienne. Parfois cela peut prendre du temps avant d’assimiler une chose. Il n’y a aucun mal à cela, on fait plusieurs tentatives, et surtout on grandit.

L’erreur donne des forces

Lorsque l’enfant constate, de lui-même, qu’il s’est trompé, et qu’il arrive à le dire “je me suis trompé”, cela signifie qu’il accepte les choses. Mais aussi qu’il accorde une totale confiance à qui il le dit, et que cette personne sera sans jugement. Il aura également bien plus confiance en ses capacités, et va même le renforcer. C’est un travail sur du long terme à effectuer mais il est important que l’adulte ne soit pas dans la critique, ni le jugement. Si l’entourage accepte l’erreur, l’enfant l’acceptera.

Personne n’est parfait !

Cette phrase là est à répéter, comme tant d’autres choses positives. Personne n’est parfait. Une personne qui ne se trompe pas, cela n’existe pas, même au plus haut potentiel intellectuel. D’ailleurs, la majeure partie des enfants HPI sont en total échec. Il est important de le répéter à son enfant, afin qu’il ne puisse pas se dénigrer. Que ce soit le parent, le frère ou la soeur, les enfants du voisin : tous font des erreurs !

Comment faire accepter les erreurs à son enfant ?

  • L’enfant se relaxe en respirant profondément et retrouve sa pleine conscience. Cette respiration se fait avec le ventre, l’abdomen. Tous les organes sont oxygénés, ainsi elle permet un moment de détente réelle. L’enfant s’allonge sur son lit, sans oreiller, à plat. Il se détend en relâchant ses muscles. Une grande inspiration avec le nez en gonflant le ventre, puis une expiration en laissant l’air sortir par la bouche doucement, le plus longtemps possible et en dégonflant petit à petit l’abdomen. Il peut, s’il le souhaite, faire des “ah” et des “oh” avec sa bouche. Il renouvelle cette inspiration et expiration deux fois. La respiration est le meilleur outil pour retrouver le calme, la concentration. Elle est toujours avec nous !
  • Je mets en avant ses qualités. Faire des erreurs, cela ne signifie pas être nul. Juste que l’on n’est pas parfait.
  • J’interroge mon enfant : “reprenons l’exercice”, “revoyons ensemble ton raisonnement pour arriver à ce résultat”.
  • Je l’invite à prendre du recul : “est-ce grave pour toi ?”, “quel est l’enjeu ?”
  • Si l’enfant est réellement en souffrance face à ses erreurs, il peut exposer celle-ci sous forme de dessin, de mots, ou par la parole auprès d’un adulte en qui il a confiance.

N’oubliez pas une chose primordiale : TOUT de l’instruction de l’enfant passe par l’adulte. Ainsi si l’enfant n’accepte pas ses erreurs, il serait bon de creuser du côté du parent. Peut-être qu’il n’accepte pas les erreurs de son enfant, ou même ses propres erreurs…

Envie de ne rater aucun article ?

privacy Vos coordonnées ne seront jamais divulguées


ummacademy

Maman de 3 enfants instruits en famille depuis 2013. Assistante maternelle formée à la pédagogie Montessori. Auteure de 4 ouvrages, formatrice sur l'école à la maison, fondatrice des sites Apprends-Moi Ummi et Fiches Islam IEF

Un petit commentaire ? Tu as la parole !