Elle touche tous les âges et ce dès le plus jeune, la phobie scolaire en épargne très peu. Telle une épidémie, elle se développe de plus en plus. Qu’est-ce que la phobie scolaire ? Comment la reconnaître ? Et nos enfants ?

La phobie scolaire

 

La phobie scolaire, c’est quoi ?

Selon le neuropsychiatre Ajuriaguerra, “il s’agit d’enfants ou d’adolescents qui, pour des raisons irrationnelles, refusent d’aller à l’école et résistent avec des réactions très vives d’anxiété ou de panique, quand on essaie de les y forcer”. Berg intervient aussi sur la phobie scolaire “très grande difficulté à être assidu à l’école, sévère bouleversement affectif, absence de troubles antisociaux, parents au courant”

Différence entre phobie scolaire et peur de l’école

Il y a plusieurs stades en fonction du degré de rejet de l’école. En partant du moindre au plus intense :

  • L’école buissonnière : pas de crainte de l’école, absences légères sans que les parents en aient connaissance.
  • La peur de l’école : Une légère crainte de l’école, absences modérées alors que les parents en ont connaissance.
  • Phobie scolaire : Forte peur de l’école, absences très fréquentes alors que les parents en ont connaissance.

Les signes de la phobie scolaire

Certains enfants ont cette capacité de pouvoir exprimer leurs émotions et ce qu’ils ressentent, quant à d’autres cela est plus compliqué. Néanmoins, en observant son enfant, on peut constater quelques signes, qui au fur et à mesure du temps, s’amplifieront. Il est donc important de pouvoir les détecter pour réagir à temps.

  • Angoisse de séparation, et ce dès la maternelle (10,8%)
  • Mauvais sommeil (cauchemars, réveils, terreurs nocturnes)
  • Problème d’alimentation (certains enfants tombent dans l’anorexie ou la boulimie), perte d’appétit
  • Absences fréquentes
  • Passages fréquents à l’infirmerie pour rentrer chez soi
  • Malaises
  • Maux de tête
  • Crises d’angoisse
  • Vomissements, maux de ventre
  • Énurésie (pipi au lit)
  • Nervosité
  • Agitation
  • Détresse
  • Pleurs, cris, violence

Et dans le plus triste des cas, repli sur soi même, envies suicidaires, dépression (13,9%).

Il faut savoir qu’une partie des enfants extériorise et affirme clairement ne pas vouloir aller à l’école. Le parent, dans la majeure partie du temps, prend cela pour un caprice et demande justement à l’enfant de taire ses sentiments plutôt que les exprimer. Ceci est une grave erreur, car l’enfant finira par ne plus s’exprimer et cumuler ce qu’il n’aura pu dire. Ainsi son mal être s’accentuera…

Les facteurs associés ?

La phobie scolaire chez l’enfant peut être à l’origine de plusieurs facteurs, qu’ils soient liées directement ou non à l’école en elle-même. L’angoisse de séparation en est un, mais aussi les moqueries, le harcèlement à l’école. L’environnement familial peut également y jouer : épisode dépressif, ou atmosphère toxique entre les parents. Rien n’est à négliger et il est important que le parent puisse détecter le facteur initiale pour remédier à la situation.

Les conséquences ?

Cela engendre forcément des conséquences, surtout chez l’enfant vis-à-vis de l’école certes, mais de l’environnement extérieur. Il refuse d’aller à l’école et s’absente autant que possible et dès que possible. Mais il s’isole aussi de son environnement social et affectif (les amis, les parents). Ainsi l’entourage en est bouleversé et cela peut générer de graves tensions, qui ne feront qu’aggraver la situation. La phobie scolaire désocialise, alors que le but premier du scolaire est de socialiser (même si, on le sait, être dans une même salle de classe durant toute l’année avec les mêmes camarades et la même maîtresse n’est pas la socialisation…). Chaque enfant réagit différemment, mais tous, au contact de la phobie scolaire, vont vers une destruction profonde.

Les solutions ?

L’école à la maison ! L’enfant ainsi reprendra goût à l’apprentissage, dans un environnement sain, qui lui convient. Petit à petit s’éloigneront symptômes et il reprendra une vie “normale”. Les consultations de psychothérapie, et les anti dépresseurs restent la première prescription mais ne sont nullement la solution. La thérapie se fait en famille principalement, dans un environnement sain, bienveillante et à l’écoute. Dès lors que la phobie scolaire est détectée, le retrait de l’école est la première des solutions. On peut aussi s’aider, pour aider, de la thérapie cognitivo comportementale afin d’arriver à ses objectifs.

 

Vos enfants ou entourage ont-ils déjà été scolarisés dans le public ? Ont-il déjà connu la phobie scolaire ? Comment l’avez-vous détecté et quelle a été votre solution ?

Votre enfant a connu la phobie scolaire ? N’hésitez pas à partager votre témoignage, qui figurera parmi ceux des autres mamans dans la rubrique Témoignage.

Envie de ne rater aucun article ?

privacy Vos coordonnées ne seront jamais divulguées


ummacademy

Maman de 3 enfants instruits en famille depuis 2013. Assistante maternelle formée à la pédagogie Montessori. Auteure de 4 ouvrages, formatrice sur l'école à la maison, fondatrice des sites Apprends-Moi Ummi et Fiches Islam IEF

    "La phobie scolaire"

    • Oum ayoub

      As salam alaykoum wa rahmatulah wa barakatuh merci beaucoup pour cet article..j aimerais savoir faut t’il obligatoirement une classe quand nous faisons école a la maison ?

    • ummacademy

      Wa‘alaykum as salãm wa rahmatu Llãhi wa barakãtuh ma sœur Umm Ayoub
      Pas obligatoirement. Tu peux dans un premier temps tester le niveau de ton enfant en prenant des échantillons de cours selon le niveau de son âge et le niveau supérieur. Et voir ce sur quoi il est le plus à l’aise, sans contrainte.
      Concernant le saut du CP, même si l’enfant sait lire, je le déconseille car il y a beaucoup de fondamentaux à acquérir. Mais pour les autres niveaux cela n’est pas un inconvénient.
      Personnellement, ma grande a suivi les niveaux au fur et à mesure de son âge sans en sauter aucun.
      Mes deux garçons n’ont pas fait de niveaux maternelle, ils sont passés directement au niveau CP à l’âge de 4 ans. Je n’ai pas ressenti de décalage ni de souci lors de leurs apprentissages. Néanmoins je ne pense pas leur fait sauter de niveau supplémentaire, sauf si réellement ils s’ennuient.
      Donc cela dépend des enfants ))

    • Oum ayoub

      BarakaAllah o fiki pour le temps que tu prend a nous répondre et a nous faire des articles ça me touche vraiment de voir des soeurs investies comme sa qui sacrifie leurs temps pour aider les autres merci pour ses éclaircissements ça m’aide vraiment

    • Oum ayoub

      As salam alaykoum wa rahmatulah wa barakatuh commentaires a part j’ai vécue sa étant petite je me souviens depuis le cp que j’avais une boule au ventre avant d’aller à l’école et toujours des crises a ma mère en lui disant que j’avais mal au ventre que j’étais malade ce qui étais faux bien évidemment je voulais juste évité l’école le plus possible ayant aussi vécu le harcèlement scolaire pendants deux ans a l’école primaire par la suite j’avais beaucoup de difficultés a l’école sans jamais avoir été prise en charge je me sentais bête et triste professeurs très rabaissant il faut dire pas tous mais certains cela a jouer jusqu’à aujourd’hui j’ai un manque de confiance en moi énorme aujourd’hui je ne souhaite pas cela pour mes amours

    • ummacademy

      wa fiki baraka Llah Umm Ayoub, tout le plaisir est pour moi. Je te remercie pour tes commentaires ainsi que tes partages. Nous nous devons l’entraide et le soutien. Merci à toi !

    • ummacademy

      Wa‘alaykum as salãm wa rahmatu Llãhi wa barakãtuh ma sœur
      Subhana Llah c’est sidérant. Mais pas étonnant. Merci beaucoup pour ton témoignage (si d’ailleurs tu souhaites témoigner sous forme d’article, n’hésite pas à prendre contact avec moi). C’est bien de prendre conscience des choses pour justement ne plus les reproduire. Ce qui est triste c’est que bien des années après, il reste des séquelles (ton manque de confiance en toi par exemple)

Laisse un commentaire

Ton adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.