Le minimalisme, c’est un mode de vie, qui permet, quelque part, de vivre plus simplement, sainement, lentement, positivement. Le minimalisme a de nombreux bénéfices, et doublement pour nos enfants qui sont à la maison. Personnellement, nous avons une vie très mouvementée, à droite à gauche, activités et sorties, mais le minimalisme est quelque chose qui me plaît beaucoup, et par lequel nous pouvons arriver petit à petit (un peu comme l’écologie quoi).

Le minimalisme

On peut tout faire avec minimalisme, l’éducation de nos enfants, leur instruction, la tenue de notre foyer… Ce qui nous concerne ici, dans cet article, ce sont nos enfants. On essaie de les occuper en permanence, on leur achète des tonnes de jouets et de vêtements, on est surprotectrices et on les couve tout en empiétant sur leur autonomie et liberté. En plus de ça, on leur met la pression ! Étouffant non ? et de plus, non bénéfique. Sans compter le temps et l’énergie que nous mettons dans nos actes. Au final, tout le monde est perdant. Alors changeons, ne serait-ce qu’en faisant quelques pas !

Terminée la peur !

Aujourd’hui, tout le monde a peur, de tout et de rien bien souvent. Si bien qu’elle fait partie de nous, et qu’on ne la dissocie pas forcément. La première chose, c’est d’en avoir conscience.

Si je suis trop prévenante envers mes enfants, et à chaque fois, ils n’auront aucune notion du danger. Ainsi, le jour où il y aura un réel danger, l’enfant n’aura pas la notion exacte de la gravité. Sans compter qu’en grandissant, il sera confronté à des dangers bien plus importants. S’il n’est pas habitué à découvrir par lui-même et être face au danger, ce sera pour lui une réelle épreuve à l’âge adulte et un traumatisme certain… La peur a un impact énorme, tant bien pour nous que pour l’enfant. Tout ce que nous ressentons se transmet, j’en suis convaincue. Les neurones miroirs sont toujours présents ! Je suis triste, ma tristesse se ressentira par mon entourage. Je suis heureuse, pareil. J’ai peur, exactement la même chose. Plutôt que transmettre la peur, essayons de transmettre la confiance, par nos paroles et nos actes.

Il peut être difficile pour certains parents prévenants de lâcher du leste et de se détacher de la peur. Cela peut paraître compliqué voire impossible, ce peut être un effort énorme à faire. On laisse l’enfant découvrir, tomber, se salir, faire des erreurs. Car l’erreur est une très bonne chose pour l’apprentissage. L’erreur est même indispensable.

Prendre le temps…

La vitesse n’est nullement positive. Faire les choses vite et bien c’est très rare. Il vaut mieux prendre son temps et faire peu de choses bien, plutôt que se dépêcher et faire beaucoup de choses mal. Non ? Nous sommes dans une spirale sociale ou il faut aller vite, parfois même sans savoir où l’on va. Ridicule, non ? Prenons le temps avec nos enfants, quite même parfois à ne rien faire, juste s’allonger sur son canapé et profiter ensemble à discuter ! On ne se prend plus la tête, on ne s’interroge pas sur ce qu’il va arriver si… On profite de l’instant présent, sans contraintes.

… ça fait du bien !

Nous sommes beaucoup dans l’anticipation, et peut être que nous pouvons modérer justement cela. Se presser engendre du stress. Beaucoup de stress. Combien d’enfants voit on sortir de leur foyer avec leur parent, dans la précipitation, en retard parfois, tout le foyer agacé ? C’est quelque chose qui peine beaucoup, et que je me suis interdite depuis des années déjà. Le parent est stressé, l’enfant est stressé, tout le monde est stressé. Et une bonne partie de la journée est gâchée. On peut faire l’école à la maison sans être débordée, il suffit juste de s’organiser ! Nous n’avons pas de rythme à imposer à nos enfants, nous devons respecter le leur.

A lire : École à la maison, mon organisation

Moins de divertissements !

On pourrait se dire qu’il faut combler une journée, sans qu’il n’y ait de vide. L’ennui est assez tabou et est synonyme pour beaucoup d’échec. Or l’ennui amène beaucoup de bienfaits ! L’enfant a besoin de s’ennuyer, et c’est même une très bonne chose. En développant l’ennui, on développe de belles capacités : l’ennui est bénéfique. Le parent ne doit pas culpabiliser si son enfant s’ennuie, au contraire, c’est une très bonne stratégie.

Les divertissements sont presque inutiles, l’enfant n’en a pas besoin forcément pour apprendre. L’enfant apprend par l’imitation, de ceux et ce qu’il y a autour de lui, de l’environnement. Pour apprendre la cuisine, est-il mieux de regarder un documentaire, ou de peser le sucre dans le saladier ? Pour apprendre le cycle de vie de l’abeille, est-il mieux de jouer à une application sur tablette, ou de se rendre chez un apiculteur ? Encore une fois nous revenons ici à la pratique bien avant la théorie. Les sorties restent indispensables pour l’enfant : son cerveau en a besoin, son corps en a besoin, et la terre en a besoin également.

Les enfants en ont besoin oui. Mais ils ont aussi besoin de communiquer, de faire preuve d’imagination et de créativité. Pour cela, nul besoin de divertissement, mais de temps libre et d’ennui !

Ne plus intervenir !

Nous sommes des entraîneurs, pas des arbitres. Pourquoi intervenir en permanence ? Ils se font mal, se chamaillent, cassent, salissent : on intervient. On passe notre moitié de journée à intervenir, non ? Ils n’ont pas besoin de nos interventions répétitives, ils ont besoin d’expérimenter ! Nous pouvons être en retrait à portée de vue sans pour autant être à portée de main : la juste distance ! Par cela, on développe le dialogue chez l’enfant et sa capacité à raisonner et trouver des solutions. Et puis, parfois, il a besoin d’avoir des moments… Seul ! En intervenant, nous pensons bien faire et pourtant c’est tout l’effet inverse qui se produit. N’avez-vous jamais remarqué que nous intervenons au quotidien sur les mêmes choses ? Y a t-il un changement dans le temps ? Aucun ! C’est simplement la méthodologie qui n’est pas adaptée. Et si nous lâchons du leste, par fatigue ou par lassitude, là, on constate un réel changement. Étonnant non ? La meilleure façon d’apprendre, c’est d’expérimenter et de se lancer.

A lire : l’excellent système scolaire Finlandais

Moins de matériel !

On inonde nos enfants de jeux, de jouets, de cadeaux. A n’en plus finir, et à tel point que ni eux, ni nous, ne prenons plaisir. Même si notre intention est bonne, cela n’est pas forcément un bénéfice : nous poussons nos enfants à la consommation, bien souvent sans avoir conscience de la valeur des choses. Plus tard, à l’âge adulte, cela sera très compliqué pour eux… Il faut donc revoir la quantité de ce que nous offrons, mais surtout la qualité. Ainsi que la fréquence. Lorsque nous offrons moins de cadeaux à nos enfants, de qualité, ils ont plus de valeur à leurs yeux et le geste est perçu tel que nous souhaitons le transmettre : l’amour.

Mais si nous commencions par nous-mêmes dans un premier temps ? Rappelons-le, nous sommes un modèle pour nos enfants. A nous de revoir notre rapports au matériel. Et sortir des normes de cette société actuelle, dans lesquelles nous sommes et qui nous paraissent normales et anodines. Mais avec du recul, qu’en pensez-vous réellement ?…

Le bonheur ne se résume pas à une belle voiture, qui roule de la même façon qu’une voiture simple. Ou à un beau costume, qui habille tout aussi bien qu’une tenue classique. Le bonheur réside dans les choses simples, et être entouré de l’essentiel. A chacune de trouver son ou ses essentiels ))

Le minimalisme, c’est moins de choses et le retour à l’essentiel. Peu importe où vous êtes et ce que vous avez, vos enfants sont avec vous et c’est l’une des choses les plus précieuses qu’il soit !

Connaissiez-vous le minimalisme ? Êtes-vous pour ou contre ?

Source: Minimalisme en famille

Envie de ne rater aucun article ?

privacy Vos coordonnées ne seront jamais divulguées


ummacademy

Maman de 3 enfants instruits en famille depuis 2013. Assistante maternelle formée à la pédagogie Montessori. Auteure de 4 ouvrages, formatrice sur l'école à la maison.

Laisse un commentaire

Ton adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.