TDAH… On l’entend de plus en plus, sans trop connaître ce qui se cache derrière ces abréviations. D’ailleurs, beaucoup l’utilisent peut être à tort. Mais certains parents le vivent vraiment, avec un ou des enfants qui ont ce trouble. TDAH, c’est quoi en fait ?

TDAH : comment aider mon enfant et lui enseigner ?

Le TDAH est un Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité. Trois signes principaux permettent, dans un premier temps, d’avoir des doutes : l’impulsivité, l’hyperactivité motrice et le déficit attentionnel. La première des choses à se voir, est l’hyperactivité. L’impulsivité aussi. Quant au déficit attentionnel, il est plus compliqué à déceler.

Les signes

Avoir un enfant qui court partout n’est pas obligatoirement signe d’hyperactivité. Il faut vraiment faire attention avant de pouvoir poser des mots sans diagnostic (comme un enfant HPI par exemple. On ne pose pas le diagnostic s’il n’a pas effectué le test). Pour ce qui est du TDAH, il faut être observatrice, et ce sur du long terme. Exemple si mon fils ne tient pas en place sur une semaine ou n’a pas toute son attention, je ne cours pas chez le praticien pour le diagnostiquer mais je patiente quelques mois. En effet, certains comportements, temporaires, peuvent être liés à l’environnement ou à un évènement récent (décès, conflits familiaux, déménagement, naissance…).

Les 3 signaux d’alarme

  • Le déficit de l’attention : L’enfant concerné réellement, sur plusieurs mois, est tête en l’air. Il n’écoute pas, il n’entend pas les consignes. C’est une inattention constante et non temporaire. Le parent répète en permanence. Chaque chose extérieure, bruit, odeur, l’attire et ainsi le sortent de sa concentration. L’enfant est d’ailleurs très sensible à ce qui l’entoure (ce qu’il sent, ce qu’il entend). Il est également désorganisé, son temps d’attention très faible et l’effort difficile pour lui.
  • L’impulsivité : Impatient, il répond sans réfléchir, veut avoir le dernier mot. S’il se trompe, il laisse l’erreur de côté et n’apprend pas de cette dernière. Et pourtant, grand bénéfice d’apprendre par l’erreur ! Très impulsif, il ne se rend pas compte de son comportement, il peut être violent ou agressif, et ce peu importe la personne. Ce n’est qu’à froid, après coup, qu’il prend conscience et qu’il regrette. Cet enfant a besoin d’assurance, qu’on l’encadre, le soutienne, et qu’on lui donne confiance en ses compétences, car il a généralement une mauvaise estime de lui.  Il ne gère pas ses émotions, qu’elles soient positives ou négatives. Ainsi il peut être en excès dans l’une des deux, ce qui peut être difficile et éprouvant pour lui comme pour son entourage. Le stress est son ennemi, il perd tous ses moyens.
  • L’hyperactivité motrice : L’enfant ne s’arrête jamais ! Sans cesse en mouvement, il est en réel danger : il peut se faire du mal comme faire du mal aux autres. Aucune limite dans l’exploration de son environnement, rien ne l’arrête.

Comment détecter un TDAH ?

Après plusieurs mois de signes évocateurs, il est bon de consulter dans un premier temps un professionnel de santé : médecin, pédiatre ou neuropédiatre. Qui orientera si nécessaire vers un spécialiste du TDAH. Une rencontre sera effectuée avec l’enfant, mais aussi avec l’entourage afin de pouvoir déterminer les motifs, mais aussi les comportements de l’enfant.

Les bilans

  • ORL et neurologique
  • Orthophonique, qui permet de vérifier s’il y a des troubles associés
  • Neuropédiatre, pédopsychiatre, neurologue, pédiatre, spécialisés dans le TDAH
  • Neuropsychologique, afin de détecter s’il n’y a pas un Haut Potentiel ou des troubles de l’attention.
  • Psychomoteur, pour voir s’il n’y a pas de troubles de coordination motrice.
  • Ergothérapie, afin de comprendre comment l’enfant perçoit, associe, discerne les informations qu’il reçoit.
  • Sanguin, car les TDAH ont beaucoup plus de carences en fer que les autres enfants.

Les professionnels de santé

  • Neuropsychologue
  • Orthophoniste
  • Ergothérapeute

Les TOC et les TOP

Lorsque l’enfant est dépassé, il ne se contrôle plus. Ainsi il peut avoir des TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs). Il va répéter plusieurs fois les mêmes gestes, comme des manies, et ne pourra gérer cela. C’est son stress, son angoisse ou son anxiété qui ressort à travers ses TOC. Les TOP (Troubles Oppositionnels avec Provocation) peuvent aussi prendre place. L’enfant sera en opposition avec les règles d’autrui, que ce soit son parent, sa famille ou ses amis. Il s’oppose à tout, même s’il a tort.

Les conséquences du TDAH

Ils ont un impact sur l’enfant c’est certain (phobie scolaire, anxiété), mais aussi sur son entourage : il est parfois difficile de gérer et canaliser le comportement de l’enfant !

L’aider

L’environnement doit être favorable. L’enfant a besoin de repères. Le rituel est primordial et indispensable. On peut lui noter visuellement les règles de la maison, ou quelques notes. Il faut qu’il prenne conscience du temps également, pour cela une horloge ou un sablier sont les outils nécessaires. Il faut lui faire apprendre que chaque chose a un lieu. Nous pouvons lui faire une sorte de carte où figureront les lieux associés aux objets : exemples les clefs sur le porte clef de l’entrée, les affaires scolaires dans l’étagère de la salle de classe etc… L’enfant TDAH a besoin d’être actif, même lorsqu’il est assis. Ainsi on peut très souvent constater qu’il aime se balancer sur sa chaise. On peut opter pour un rocking chair ou encore un coussin à air dynamique pour combler son besoin sans qu’il ne se fasse mal.

Et l’école ?

À la maison ! Avec le parent il aura déjà ces repères qu’il doit avoir pour avancer et aller bien. Pour le scolaire, on achète tout en double, chaque chose devant être à sa place. On peut bien entendu refaire une note écrite afin qu’il puisse localiser ce dont il a besoin. Il doit apprendre dans un endroit calme, sans élément perturbateur ni distraction (pas dans la chambre !). Certains enfants TDAH qui ne tiennent pas en place peineront à travailler ainsi. Ainsi nulle gène de le laisser travailler… debout ! On le garde toujours à portée de vue mais par forcément à portée de main. Portée de vue obligatoire, n’oublions pas qu’il peut se mettre aisément en danger ! On l’encadre et on lui redonne confiance en ses capacités : cela l’aidera fortement dans son scolaire !

Reconnaissance du TDAH

Le TDAH est reconnu par la MPDH, c’est un handicap cognitif reconnu par la loi du 11 février 2005. Le parent peut faire une demande de reconnaissance d’handicap. C’est le médecin qui remplit le dossier.

Votre enfant présente t-il un TDAH ? Est-il scolarisé ? Comment cela se passe t-il pour lui et son entourage ?

Lien utile : HyperSupers TDAH France

Source : DYS, TDAH, EIP

Envie de ne rater aucun article ?

privacy Vos coordonnées ne seront jamais divulguées


ummacademy

Maman de 3 enfants instruits en famille depuis 2013. Assistante maternelle formée à la pédagogie Montessori. Auteure de 4 ouvrages, formatrice sur l'école à la maison, fondatrice des sites Apprends-Moi Ummi et Fiches Islam IEF

Un petit commentaire ? Tu as la parole !